Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Les enfants du paradis s'exposent à la Cinémathèque Française

Publié par Christophe Gheeraert sur 2 Novembre 2012, 10:33am

Catégories : #Exposition

15952.jpg

 

"Paris est tout petit, quand on s'aime comme nous d'un aussi grand amour!" Cette réplique parmi tant d'autres, résonne dans la tête de tous les amoureux du 7ème art.

 

139174.jpg

 

Les enfants du paradis, ce chef d'oeuvre du cinéma français ressort sur les écrans dans une version restaurée.

 

Pour cette occasion, la Cinémathèque Française organise une exposition qui permet de plonger dans l'univers de ce film qui a marqué tant de cinéastes à travers le monde.

 

Au travers de 300 pièces, affiches, gouaches, costumes, correspondances, éléments de décors, scénarios ou encore matériel, c'est toute l'histoire de ce film incroyable qui est racontée.

 


 

 

Tourné pendant la seconde guerre mondiale, entre les  studios de la Victorine à Nice et les studios Francoeur à Paris, sous la direction de Marcel Carné, et basé sur un scénario et des dialogues de Jacques Prévert, Les enfants du paradis, nous permet de retrouver le Paris de 1828 et le fameux boulevard du crime.

 

th2.jpg

 Jean-Louis Barrault

 

Le mime Baptiste Deburau, par son témoignage muet, sauve Garance d'une erreur judiciaire. Celle-ci, femme libre et audacieuse, en avance sur son temps, intimide Deburau qui n'ose pas lui déclarer franchement son amour. Nathalie, la fille du directeur, aime Baptiste. Garance entame une liaison avec un jeune acteur prometteur, Frédérik Lemaitre, mais aime en secret Baptiste. Après que Baptiste les a invités à venir travailler au Théâtre des Funambules, Garance se trouve injustement accusée d'une tentative d'assassinat commise par son trouble ami Lacenaire et se voit obligée d'accepter la protection du comte de Montray.

 

th.jpg

Arletty

 

Quelques années plus tard, Baptiste, marié à Nathalie, obtient un grand succès sur les boulevards où il a fait de la pantomime un art reconnu et populaire. Frédérick a accédé lui aussi à la célébrité, et rêve de pouvoir monter Shakespeare.

 

Garance, devenue depuis compagne du comte, est revenue à Paris et assiste incognito à toutes les représentations de Baptiste. Un jour alors qu'il se présente à la demeure du comte de Montray, Lacenaire en est chassé avec mépris. Il jure de se venger de cette humiliation, ce qu'il fait en découvrant aux yeux de tous Baptiste et Garance en train de s'embrasser – il tire le rideau qui cachait les amoureux isolés sur un balcon, opérant une fois de plus un effet de théâtre. Mais cette vengeance ne lui suffit pas : il assassine, quelques jours après, le comte de Montray. Après leur première et unique nuit d'amour, Garance, qui ne veut pas détruire le bonheur du petit garçon que Baptiste a eu avec Nathalie, s'en va, au désespoir de Baptiste.

 

L'histoire se nourrit de personnages qui pour certains ont rééllement existés tels que Deburau, Lemaitre ou Lacenaire, ou s'inpirent largement de personnes existants.

 

Pour donner vie à ces héros on compte sur une distribution des plus brillantes : Jean-Louis Barrault, Arletty, Pierre Brasseur, Maria Casarès, Pierre Renoir, Louis Salou et Marcel Herand.

 

La mise en scène de Marcel Carné impressionne par sa fluidité et son sens de l’équilibre. Le cinéma, le théâtre, le mime, les arts de la rue et la musique se conjuguent dans une harmonie parfaite.

 

Et ce n'est sans doute par hasard si Les enfants du paradis a été élu meilleur film du monde entier par les critiques à l'occasion du centenaire du cinéma et s'il a été classé par l'Unesco au patrimoine mondial.

 


 

 

Au delà du film en lui même, ce qui en fait chef d'oeuvre, ce sont les condtions dans lesquelles le tournage a eu lieu.

 

Commencé en 1943 et se déroulant jusqu'en juin 1944, ce tournage eut lieu en pleine occupation, dans une période particulièrement noire de l'histoire de France. Le film connaitra d'ailleurs, de nombreuses vicissitudes liées à la situation politiques de l'époque.

 

Certains participants, tel que Joseph Kosma ou encore Alexandre Trauner, tous deux juifs, apporteront leur contribution en toute clandestinité.

 

Robert Le Vigan, qui devait tenir le rôle de Jericho, l'informateur, dut prendre la fuite du fait de sa collaboration avec l'occupant allemand et fut remplacé par Pierre Renoir.

 

Arletty elle-même fut arrétée en raison de la liaison qu'elle entretenait avec Hans Jürgen Soehring, un officier allemand, et non comme on a pu le croire, pour collaboration.

 

Prise à partie par l'un des mebres des FFI lors de son arrestation, elle aura cette réplique devenue culte "Si mon coeur est français, mon cul, lui, est international".

 

Carné ralentira le montage afin que le film puisse sortir après la libération.

 

L'exposition de la Cinémathéque Française nous fait donc revivre l'histoire de ce chef d'oeuvre et présente des documents rares et précieux provenant de ses propres collections et de celles de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

 

On peut y voir entre autres, le scénario original rédigé par Jacques Prévert, qui fut donné à la Cinémathéque Française, par Eugénie Bachelot Prévert en 2010.

 

La scénographie colorée et spectaculaire, évoque le boulevard du Crime avec notamment la reconstitution de la façade du théâtre des Funambules, où le mime Deburau fit ses débuts.

 

15949.jpg


Le parcours de l'exposition est ponctué de nombreux extraits audiovisuels (films, documentaires, actualités, musique).

 

Vous pourrez donc la découvrir jusqu'au 27 janvier 2013 et revoir le film  sur grand écran ou en DVD, au choix!

 

Les enfants du paradis, une exposition à la Cinémathèque Française, 51 rue de Bercy 75012 Paris, jusqu'au 27 janvier 2012.

 

Les enfants du Paradis, au cinéma dans une version restaurée depuis le 24 octobre 2012.

 

 

 http://www.cinematheque.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Garance 10/11/2012 20:45

Nous y allons ensemble ? ;-)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents