Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Le Songe d'une nuit d'été : Un Shakespeare made in 70's

Publié par Christophe Gheeraert sur 23 Octobre 2011, 21:39pm

Catégories : #Théatre

http://www.ticketac.com/upload/spectacle/photo/Lesondedunenuitdete2.jpg

 

 

Depuis le 10 septembre dernier, le songe d’une nuit d’été, le classique de Shakespeare, est revisité au théâtre Saint-Martin dans une mise en scène signée Nicolas Briançon.

 

Moi j’y Crois a eu le plaisir d’assister à la conférence de presse organisée pour fêter le succès de la pièce. La rencontre s’est déroulée mardi 18 octobre dernier, dans les salons du théâtre avec Nicolas Briançon, Lorànt Deutsch et Mélanie Doutey.

 

 

http://www.artemis-diffusion.com/img/bio/nicolas_briancon.jpg   

Nicolas Briançon

 

Un moment d’échange privilégier avec les comédiens et le metteur en scène qui nous a permis d’en savoir un peu plus sur les raisons du succès de cette rentrée théâtrale.

 

http://imstars.aufeminin.com/stars/fan/melanie-doutey/melanie-doutey-20050926-74202.jpg

Mélanie Doutey

 

 

Une équipe multi-générationnelle :

 

Nicolas Briançon s’est félicité de pouvoir « travailler avec une équipe aussi talentueuse mais également multi-générationnelle ». La troupe s’enrichie en effet d'une vingtaine de comédiens venant d'horizons différents, et qui apportent beaucoup au succès de la pièce.

 

Le metteur en scène se définit lui-même comme « un chef d’orchestre s’appuyant sur le talent de ses acteurs ». Il faut dire qu’il est plutôt bien servi dans cette véritable pièce chorale emmenée par les deux têtes d’affiche que sont Lorànt Deutsch et Mélanie Doutey.

 

http://static1.purepeople.com/articles/4/31/29/4/@/214252-lorant-deutsch-637x0-4.jpg

Lorant Deutsch

 

C’est d’ailleurs cette présence qui a été déterminante aux yeux des producteurs, Nicolas Briançon notant au passage que toute « la promotion a été bâtie autour de Lorant et Mélanie », à commencer par l’affiche particulièrement réussie.

 

Cependant le metteur en scène a tenu à souligner que ces têtes d’affiche « n’éclipsent pourtant pas les autres comédiens » et a rendu hommage à l’ensemble de la troupe. Il insiste sur le fait qu’il « s’agit avant tout d’une pièce chorale ».

 

Un songe remis au gout… des années pop :

 

Dans cette pièce, un effort particulier a été porté sur les costumes, comme le signale justement Nicolas Briançon. Ils sont l’œuvre de Michel Dussarat « qui a notamment travaillé avec Jérôme Savary et le Magic Circus ».

 

On ne peut pas manquer alors d’évoquer la transposition du songe dans les années 70. Cette question de la transposition a d’ailleurs étonné Nicolas Briançon, qui en a profité pour rappeler que ce n’est pas la première fois qu’il transpose une œuvre de Shakespeare.

 

Pour la nuit des rois, par exemple, « personne ne semblait avoir été étonné de voir la pièce transposée dans les années 30 ». Il faut croire que les années 70 suscitent davantage d’intérêt. Nicolas Briançon justifie ce choix pour deux raisons principales.

 

La transposition permet de « rapprocher les spectateurs de Shakespeare et de ne pas enfermer cet auteur dans un musée ».

 

Et surtout, « dans une version moderne, les acteurs ont moins tendance à prendre un ton ancien ! ».

 

Cette nouvelle version rapproche ainsi tout le monde de la modernité, surtout que « c’est l’une des pièces de Shakespeare les plus modernes et déjantées » et où « on y parle beaucoup de cul ! ».

 

De ce fait, il paraît tout naturel que la suggestion des années 70 ait été induite aussi facilement. Elle colle relativement bien avec l’objectif de modernité voulu pour la pièce, mais aussi avec son contenu. Cette décennie s’en rapprochait le mieux, « avec ce style de costumes faisant référence à une société post soixante-huitarde ! ».

 

Un talent à découvrir absolument :

 

Pour terminer, nous sommes revenu sur la performance de Marie-Julie Baup, pour qui les critiques sont unanimes. Lorant Deutsch est le mieux placé pour juger de son travail (NDLR ; son mari à la ville) et souligne sa faculté à se réinventer chaque soir, sa force de travail stupéfiante et sa capacité à se remettre en question en proposant des idées de jeu très fortes, des nuances et des couleurs différentes qui enrichissent sans arrêt son personnage.

 

http://www.theatreonline.com/bddPhoto/Artiste/6580.jpg

Marie-Julie Baup

 

Nicolas Briançon insiste également sur sa gamme de jeu très large ainsi que son potentiel très riche et son grand talent, et précise que « le meilleur et à venir pour elle ».

 

Il n’y a pas de plus beau compliment et celui-ci est également valable pour l’ensemble de la troupe. Vous en aurez la preuve en allant découvrir ce songe.

 

Alors précipitez-vous au théâtre de la porte Saint-Martin pour assister à l'évènement de cette rentrée.

 

 

 

Didier Pezant pour Moi j'y crois!


 

 

 

Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare

 

Représentations jusqu'au 31 décembre 2011, du mardi au vendredi à 20h. Le samedi à 16h45 et à 20h30 Théâtre de la Porte Saint-Martin, 18 boulevard Saint-Martin, 75010. Métro Strasbourg St-Denis

 

Mise en scène de Nicolas Briançon Avec Lorànt Deutsch, Mélanie Doutey, Yves Pignot, Marie-Julie Baup, Davy Sardou et Nicolas Briançon, Laurent Benoit, Ofélie Crispin, Dominique Daguier, Armelle Gerbault, Thibault Lacour, Léon Lesacq, Maxime Lombard, Thierry Lopez, Jacques Marchand, Elsa Mollien, Carole Mongin, Maurine Nicot, Jessy Ugolin et Anouk Viale.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents