Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


La véritable histoire de Maria Callas : Au delà de la légende!

Publié par Christophe Gheeraert sur 30 Janvier 2013, 21:22pm

Catégories : #Théatre

Callas

 

Callas... Un nom qui a marqué l'inconscient collectif. Une voix qui l'a fait entrer dans la légende. 36 ans après sa mort elle est toujours considérée comme une interprète hors du commun et reste une référence pour tous les amateurs d'opéra. 

 

La star mondiale qu'est Callas a pris l'ascendant sur  Maria, la jeune fille rêveuse, complexée par ses rondeurs et sa forte myopie... L'enfant non désirée et qui n'a jamais remplacé dans le coeur de sa mère, Evangelia, Vassilis, ce petit garçon à la santé fragile qui n'a pas survécu à une méningite en 1922.

 

Maria qui nait quelques mois après ce décès, a tout pour être rejetée par cette mère tyrannique, à commencer par son poids (pensez donc un bébé de 6 kilos à la naissance), son sexe. Non ce n'est pas d'une fille dont voulait Evangelia, mais d'un fils.

 

Alors très tôt on lui fait sentir cette différence, ce non amour... Et pourtant... Les Dieux se sont penchés sur le berceau de cette petite fille ingrate. Comme dans un conte ils lui ont donné un don! Cette voix incroyable qui fera d'elle un être extraordinaire.

 

A partir de cet instant, sa vie entière sera guidée par ce talent. A tel point que les personnes qui ont silloné son existence l'aimeront pour ce qu'elle réprésente et non pour ce qu'elle est. 

 

A commencer par Battista qui fut son mentor, son ami, son amant, son mari et son agent. Peu à peu l'agent a oublié d'être mari et amant et s'il contribuera à faire d'elle Callas,  la cantatrice adulée dans le monde entier, la femme mince et belle, il ne lui donnera jamais ce qu'elle désirerait le plus un enfant.

 

Puis il y eut Onassis, qui tomba sous le charme de la femme, bien plus que de la chanteuse, il fera d'elle son faire valoir, en lui apportant pour la première fois la conscience de cette féminité, de ses capacités à séduire. Tout au long de leur relation, il la comblera mais lui refusera le mariage. Avant de l'abandonner pour une femme plus prestigieuse et qu'i finira par épouser :  Jackie Kennedy.

 

La véritable histoire de Maria Callas, cette pièce de Jean-Yves Rogale, qui se joue depuis le 22 janvier 2013 au Théâtre Dejazet, retrace le parcours de celle qui a vécu et qui est morte comme les héroines qu'elle a interprétées et qu'elle a rendues populaires.

 

Le spectacle est construit comme une tragédie grecque mais il est mené sur un rythme soutenu qui fait qu'on ne voit pas passer le temps. On tourne les pages de ce destin et, si l'on en connait l'issue fatale, on voudrait tant la retarder, la modifier.

 

Au delà de la dimension dramatique de la vie de Maria Callas, le texte laisse la part belle à l'humour et aux répliques asassines. Le tout est sublimé par la mise en scène moderne de Raymond Acquaviva. Le décor nous laisse voyager d'un appartement populaire de New York, aux coulisses et aux loges des plus grands opéras du monde, en passant par le yacht d'Onassis et  par l'appartement parisien de La Callas.

 

La distribution est tout simplement incroyable et chacun des comédiens s'impose comme une évidence.

 

Andréa Ferréol joue à la perfection la mère de Callas, apportant toute la précision de cette tyrannie basée sur les mots qui touchent et font mal.

 

Raymond Acquaviva interprète un Battista Meneghini gauche et gaffeur dans l'excercice de la séduction mais doué en affaires.

 

Pierre Santini parvient sans difficultés à faire oublier qu'il ne ressemble pas à Onassis et devient l'armateur grec séducteur et homme à femmes.

 

Cécile Pallas campe une Jackie Kennedy froide et calculatrice qui n'a aucun scrupule à briser le couple Callas Onassis et qui conduira ce dernier à sa perte.

 

Pour jouer le rôle de Maria Callas, il n'y a pas une mais deux comédiennes qui donnent toute la mesure à la complexité du personnage.

 

La sublime Lola Dewaere joue la jeune Maria, de l'adolescence aux premières années de sa carrière, et apporte beaucoup à la découverte de ce qui a fait La Callas.

 

Quant à Callas, c'est Sophie Carrier qui lui donne vie et la joue profondément amoureuse, dure, parfois odieuse mais tellement talentueuse. 

 

Au travers d'un dialogue récurrent entre Maria et Callas toute la souffrance, les rêves déchus, les trahisons permettent de comprendre l'intensité de cette voix!

 

Cette voix qui est bien evidemment présente sur scène.

 

Avec cette lecture nouvelle de cette véritable histoire, on en oublie La Callas, pour que Maria reprenne toute la place qu'elle mérite. Et l'envie de la réécouter à la lumière de ces éléments vous prend dès que l'on quitte le Théâtre Dejazet. 

 

On ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec tous ceux qui sont entrés dans la légende, qui ont connu une immense notoriété, comme Marylin Monroe, James Dean, avec cette sensation qu'on ne peut pas être adulé par le public et avoir une vie personnelle heureuse. 

 

C'est pourquoi je vous laisse apprécier juste un instant tout ce que l'on peut ressentir à cette écoute.

 

Alors fermez les yeux et laissez-vous emporter!

 

 


 

La véritable histoire de Maria Callas, une pièce de Jean-Yves Rogale, mise en scène de Raymond Acquaviva, avec Andréa Ferréol, Pierre Santini, Raymond Acquaviva, Lola Dewaere, Sophie Carrier, Cécile Pallas, au Théâtre Dejazet 41 Boulevard du Temple 75003 Paris, du mardi au samedi à 20h30 et le dimanche à 15h00.

 

http://laveritablehistoiredemariacallas.e-monsite.com/

 

http://www.dejazet.com/

Commenter cet article

Parisianne 04/02/2013 07:34

Je découvre votre blog par cet bel article. J'ai également beaucoup aimé cette très belle pièce merveilleusement interprétée.
Bonne journée
Anne

Christophe Gheeraert 04/02/2013 12:59



Merci beaucoup pour votre commentaire Anne!


N'hésitez pas à revenir sur le blog et à le partager!


Très prochainnement, je parlerai d'autres pièces et spectacles.


Biens sincèrement,


Christophe G.


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents