Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


L'illusionniste de Sylvain Chomet : un pur moment de poésie

Publié par Christophe Gheeraert sur 20 Juin 2010, 10:17am

454761.jpg

 

 

Tout le monde se souvient encore des "Triplettes de Belleville" et de son succès international. Depuis mercredi, c'est le nouveau film d'animation de Sylvain Chomet "L'illusionniste" qui est à l'affiche.

 

Il y a du Monsieur Hulot dans la grande silhouette maladroite du personnage principal. Et c'est normal. C'est en effet sur un scénario original de Jacques Tati que Sylvain Chomet a élaboré son long métrage. D'ailleurs, le film entier est un hommage à l'univers de Tati et le héros s'appelle Tatischeff.

 

C'est le charme désuet des années 50 qui est mis en avant ici.

 

L'llusionniste  est l'histoire de deux chemins qui se croisent. Le premier est celui d'un artiste de music-hall vieillissant, contraint de voyager sans cesse plus loin, de villes en villages, pour présenter son numéro de magie dans des lieux de plus en plus confidentiels. Le second est celui d'une jeune fille naïve, Alice, qui possède encore la capacité d'émerveillement de l'enfance. Elle joue à la femme sans réaliser que le jour où il lui faudra quitter définitivement l'adolescence approche à grands pas. Touchée par la gentillesse que l'illusionniste lui témoigne, elle décide de ne plus le quitter. Elle ignore encore qu'elle l'aime comme un père ; il sait déjà qu'il l'aime comme sa fille. De la rencontre de ces deux solitudes naîtront des moments magiques et tendres, qui marqueront à jamais ces deux êtres...

 

Peu de dialogues dans ce film et une bande originale incroyable, jusqu'à cette chanson qui clôt cette histoire et qui est interprétée à la manière des grands noms de la chanson française des années 50.

 

Quoi qu'il en soit, L'illusionniste est un joli moment poétique dont on aurait tort de se priver.

 

Comme le dit Sylvain Chomet : " C'est peut être en ça  que l'animation est plus forte que les prises de vue réélles : au cinéma on sait que les acteurs ont une vie hors caméra; en animation, les personnages n'existent que dans la fiction et que si on les regarde. Comme une illusion."

 

Et là, l'illusion fonctionne parfaitement.

 

L'illusionniste de Sylvain Chomet.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents