Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Cabaret Terezin au théâtre Marigny.

Publié par Christophe Gheeraert sur 27 Décembre 2009, 11:14am


n178879731073_4419.jpg

On parle souvent du devoir de mémoire. Ces mots ont un sens très fort, et pour ceux qui n'ont pas vécu la shoah et les horreurs de cette seconde guerre mondiale, les témoignages sont primordiaux pour qu'aucun ne puisse oublier ce qui s'est passé ou pire encore douter de la véracité de ces évènements.

C'est pourquoi des initiatives telles que ce Cabaret Terezin sont à remercier. Peut être que certain d'entre vous ne connaisent Theresienstadt. Il s'agit d'un camp de concentration situé en république Tchèque, véritable point
de transit vers les camps d'extermination comme Auschwitz. De nombreux artistes juifs allemands, tchèques, autrichiens  furent déportés à Theresienstadt et continuèrent d'écrire, de chanter , de dessiner... Une véritable vie artistique se développa, malgré les conditions déplorable de survie. 


mag 05



Pour faire taire les rumeurs concernant les camps d'extermination, les allemands allèrent jusqu'à autoriser la venue de la Croix Rouge internationnale, poussant l'horreur jusqu'à construire un semblant de ville avec des rues, des cafés, des appartements modèles... 

Aujourd'hui, pour certains historiens, Theresienstadt n'est pas un camp d'extermination et pourtant... Sur les 144000 juifs déportés dans ce camp, Il ne reste que 19000 survivants à la fin de la guerre. 

Le décor est planté.  Cabaret Terezin raconte en une heure environ et en une quinzaine de chansons la vie à Theresienstadt et rend hommage à toutes les victimes de la Shoah. En 1992, Alexander Waechter décide d'écrire un spectacle sur son son grand Oncle Raimund, lui même déporté, en s'inspirant des revues de cabaret. Les textes et les chansons, sont ceux écrits par les artistes de Theresienstadt.

A partir de février 2010 ce "Cabaret Terezin" sera présenté au théâtre Marigny. Sur scène quatre artistes de grand talent : Isabelle George, David Krüger et Olivier Ruidavet interprètent ces textes poignants accompagnés au piano par Sergueï Dreznin. L'adaptation des chansons est signée Boris Bergman, quant aux dialogues ils sont de Josette Milgram.

On ressort de ce spectacle avec une émotion énorme et cette envie de la partager, pour que l'on n'oublie pas ces femmes, ces enfants et ces hommes morts à Theresienstadt, et ces mots ancrés au fond de nos mémoires "plus jamais ça!"

Cabaret Terezin au théâtre Marigny, Carré Marigny, Avenue Marigny, 75008 Paris, à partir du 7 février 2010, 16h00

Commenter cet article

Parisianne 11/02/2013 08:19

Bonjour,
Je regrette de n'avoir pas entendu parler de cette pièce à l'époque. De nombreux livres sur le sujet, dont le magnifique Requiem de Terezin de Joseph Bor.
Une mystification terrible et beaucoup y ont cru, ou fait semblant d'y croire.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents