Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


10 ans de Culture et d'Art à La Condition Publique de Roubaix

Publié par Samuel Hairion sur 15 Février 2014, 10:54am

Catégories : #évènement

La condition publique

 

Roubaix, ville de la communauté urbaine de Lille, dont la mauvaise réputation n'est plus à faire... 

 

Où que j'aille en France, quand je dis que je vis à Roubaix, j'entends tout un tas de choses négatives. Certes, il y a du vrai dans ce qui est dit, mais cela ne vaut pas pour la ville entière. 

 

Hotel-ville-de-roubaix.JPG

Hotel de ville de Roubaix

 

Au 19ème siècle, Roubaix était la ville la plus riche de France, Capitale mondiale du textile. Surnommée "La ville aux mille cheminées, pour sa forte indusrie, Roubaix a même accueilli l'exposition internationale du Nord de France en 1911. 

 

Roubaix-textile.jpg

Roubaix au temps de son apogée industrielle

 

Aujourd'hui élue ville la plus pauvre de France avec un taux de chômage des plus élevés, Roubaix a su conserver un riche patrimoine culturel avec le célèbre Musée de la Piscine, le musée d'Art et d'Industrie Andrée-Diligent, le Théâtre Le Colisée (à la programmation diverse et variée), sans compter les petites salles de concert et encore bien d'autres théâtres. 

 

Mais aujourd'hui, je voulais plus particulièrement parler de la Condition Publique qui fête cette année ses 10 ans en tant que lieu culturel! 

 

Cette friche industrielle, construite en 1902, fût un lieu important de l'industrie textile. C'est là en effet, que durant 70 ans, était contrôlée et certifiée la qualité des différentes toiles produites, avant leur mise en vente. Par la suite les bâtiments seront classés à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. 

 

C'est en 2004, que La Condition Publique devient un lieu de culture, inauguré lors de l'évènement "Lille Capitale européenne de la culture. 

 

http://www.laconditionpublique.com/pages/enimage/photo/05.jpg

La rue couverte de la Condition Publique


Le projet de La Condition Publique s'oriente autour de quatre grands pôles :

 

La Fabrication et la création :  A travers un grand espace d'ateliers de conception et de construction, de plateaux de répétition, de studios de pré-production musicale, d'un espace botanique d'expérimentation et d'étude sur les toits terrasses. 

 

La diffusion : avec une salle de spectacle et de répétition de 400 places assises et 800 places debouts, un espace d'exposition, une grande halle pour les manifestations et expositions exceptionnelles, mais aussi une rue couverte qui peut accueillir, braderies, marchés, et art forain. 

 

Des lieux de vie qui sont partie prenante du projet avec l'estaminet, le restaurant, le bazar, tous animés du même souffle : amener de façon conviviale la rencontre et le débat entre les disciplines, autour des envies, avec les hommes. 

Enfin, la formation, la pratique et l'éducation populaire : un enjeu majeur auquel la Condition Publique répond en mettant en place des cours publics, un espace pour apprendre, comprendre et échanger. 

 

Pour fêter son dixième anniversaire, La condition Publique présente actuellement et jusqu'au 23 mars, une exposition intitulée "Machines à lumière" de l'artiste contemporain dunkerquois Frédéric Le Junter. 

 

machines_a_lumiere_fabrication_maison.jpg

 

Décrit comme "bricoleur expérimental et sculpteur sonore, Frédéric Le Junter travaille à partir de récupération en tout genre. Il crée, comme pour cette exposition, des machines à lumière, mais aussi des machines sonores, qu'il met en scène au travers de spectacles. 

 

L'exposition se déroule dans le Hall B de l'ancienne manufacture. Vous y découvrirez 24 machines à lumière qui créent un univers visuel sensible, ludique et fascinant sur un fond sonore. 

 

La Condition Publique promet un parcours poétique marqué par l'évocation de souvenirs, l'émerveillement grâce à des paysages de lumière en mouvement. Ils rappelleront le cinéma américain des années 50, émaillé d'ombres projetées par les phares de voitures, la lumière dans les jardins l'été, le jeu du soleil et des nuages et milles autres expériences d'observation du hasard en mouvement... 

 

Pour ma part, j'irai voir dès ce week-end cette exposition, afin de découvrir le travail de Frédéric Le Junter. Je vous invite à venir y faire un tour en famille, car le visuel eveille aussi l'imagination des enfants. Rappelons également que l'art, quel qu'il soit, est un vecteur d'ouverture d'esprit. C'est l'occasion de jeter un oeil différent sur Roubaix, bien loin de sa réputation. 

 

Machines à lumière, une exposition de Frédéric Le Junter, à la Condition Publique 14 place du Général Faidherbe 59100 Roubaix, jusqu'au 23 mars 2014. 

 

Entrée libre. Tous publics. Du mercredi au dimanche de 14 heures à 18 heures. Nocturnes les 21 février et 8 mars jusqu'à 20h30 et le 21 mars jusqu'à 19 heures. 

 

Visites guidées de la Condition Publique toute la semaine sur réservation. Tél : 03.28.33.57.57.

http://www.laconditionpublique.com

 

Pour en savoir plus sur Frédéric Le Junter c'est ici http://flejunter.free.fr 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents