Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Le Centre Historique Minier de Lewarde: A la découverte de l'industrie minière

Publié par Christophe Ghéeraert sur 12 Septembre 2017, 10:18am

Catégories : #Monuments, #Musée, #Patrimoine, #Exposition, #idées de sortie

 

Le patrimoine français est immense. Sur les pages de Moi j'y Crois on parle plus particulièrement de culture et d'actualité artistique, mais n'oublions pas la grande valeur de notre patrimoine industriel! C'est pourquoi, nous vous invitons à découvrir le Centre Historique Minier de Lewarde. Une descente dans l'univers de Germinal! 

Si l'industrie minière n'est plus qu'un souvenir, les Houillères du bassin du Nord Pas-de-Calais ont fermé les derniers puits d'extraction du charbon le 21 décembre 1990, mettant ainsi fin à une page d'histoire de la région de plus de 3 siècles, il n'en demeure pas moins que l'intérêt pour la mine et les hommes qui y ont travaillé reste grand! 

Rien d'étonnement par conséquent que la mine ait son centre historique. 

C'est donc à 8 kilomètres à l'Est de Douai que se situe le plus grand musée de la mine, dans la commune de Lewarde, au coeur du bassin minier.  

Il est installé sur le carreau de l'ancienne fosse Delloye qui regroupe 8000 m² de bâtiments industriels et de superstructure sur un site de 8 hectares.

Le Centre Historique Minier est classé Monument historique depuis 2009. Le bassin minier dans lequel il se situe est, quant à lui, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2012. 

 

Crédit photo : Centre Historique Minier Lewarde

Allez, partons à la rencontre d'une partie de l'histoire des Hauts de France! 

Tout commence en 1716, quand Jacques Desandrouin, entreprend des recherches dans la région de Valenciennes, prolongement naturel du riche gisement houiller en exploitation en Wallonie, une région perdue par la France au traité d'Utrecht signé en 1713. 

 

                                                        Jacques Desandrouin

Vingt années de forages laborieux et infructueux, avant que le 24 juin 1734, il trouve à Anzin une importante veine de charbon gras d'excellente qualité. 

Au cours de son histoire, le bassin minier se déplace d'est en ouest, du Nord au Pas-de-Calais, où le charbon sera découvert à Oignies en 1841. Il s'étend de Valenciennes à Bruay et englobe les régions de Douai, Lens et Béthune, sur une zone de 120 kilomètres de long. Le bassin minier représente environs 1/12ème de la superficie totale du Nord Pas-de-Calais. 

 

Son évolution vers l'ouest s'accompagne d'une exploitation de plus en plus en profonde. Si les premiers puits ne descendaient pas au delà de 500 mètres, ceux de la région de Lens sont creusés jusqu'à 1200 mètres. 

Sur l'ensemble de ces siècles d'exploitation, ce sont deux milliards de tonnes de charbon qui seront extraites du bassin minier. Le plus de l'activité se situe des années 30 à 60. En moyenne 200 000 personnes sont employées à l'extraction de 30 millions de tonnes par an. 

 

 

La fosse Delloye appartient à l'ancienne Compagnie des Mines d'Aniches. Son activité commence en 1931. Dès cette première année, ce sont 18 634 tonnes de charbon qui sont extraites. En 1963, 1218 tonnes sont extraites chaque jour, un record de tonnage. 

Mais le gisement est difficile à exploiter et devient peu rentable. L'exploitation prend fin en 1971. 

Dès cette époque, la direction des Houillières du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais réfléchit à la création d'un centre historique minier. . 

Grâce à Alexis Destruys, Sécrétaire Général des Houillières, le projet est validé en 1973 et c'est la fosse Delloye à Lewarde qui est choisie pour accueillir ce centre.

Sa situation à proximité du réseau autoroutier, sa position au centre du bassin minier et la production de la fosse entre les deux guerres ont largement contribué à ce choix. 

 

                                      Fosse Delloye

Au fur et à mesure des fermetures des autres fosses, matériels et documents affluent vers Lewarde. 

En 1982, l'Association du Centre Historique Minier est créée en collaboration avec le Ministère de la Culture, le Conseil Régional du Nord Pas-de-Calais, les Conseils Généraux du Nord et du Pas-de-Calais et les Houillères.

Le centre ouvre au public en 1984. En 2016, il devient un Etablissement Public de Coopération Culturelle. 

Le Centre Historique Minier s'impose comme un véritable conservatoire de la mémoire de la mine dans le Nord. Le plus grand musée de la mine en France est aussi le site le plus visité  des Hauts de France. Il n'accueille pas moins de 150 000 visiteurs chaque année! 

 

Une histoire présentée au public!

Le musée se situe sur les lieux même où des milliers de personnes travaillaient chaque jour. Il permet de comprendre le quotidien des mineurs et de tous les employés de la fosse Delloye. La salle de bains ou les vêtements sont suspendus et la projection de films d'époque sont autant de témoignages de la vie d'alors. La lampisterie où sont alignées des centaines de lampes, l'écurie, rien n'échappe au visiteur. On découvre ainsi les imposantes bobines de la machine d'extraction et le matériel médical dans l'infirmerie. 

 

        Crédit photo : Centre Historique Minier Lewarde

Mais le côté administratif n'est pas oublié. Les bureaux sont également ouverts au public, on nous montre comment ingénieurs, géomètre, comptable ou encore le délégué-mineur travaillaient dans les années 30.

 

       Crédit photo Centre Historique Minier Lewarde

Et se rendre au Centre Historique Minier, c'est aussi visiter les galeries. 

Accompagné par un médiateur culturel, le visiteur plonge dans le quotidien des mineurs de fond. En empruntant la passerelle du personnel, le public pénètre le moulinage et le triage, histoire de comprendre le rôle des femmes et des galibots affectés au triage du charbon. Puis vient le moment de la descente dans les galeries. 

        Crédit photo Centre Historique Minier Lewarde

Y sont présentées les techniques et les conditions de travail au fond de la mine, de l'époque de Germinal aux années 90.

Pas simple d'appréhender cette page de l'histoire régionale avec les plus jeunes. C'est pourquoi le Centre Historique Minier a mis au point une visite en famille Expora'MIne. 

 

                                             Crédit photo Centre Historique Minier Lewarde

Les dimaches, vacances scolaires et jours fériés, vous pourrez ainsi découvrir le site au travers de l'histoire d'une famille de mineurs. Chacun se glisse dans la peau des personnages pour comprendre le quotidien des mineurs et de leur famille. 

Une visite interactive, qui permet d'apprendre le tout de manière ludique et cela, dès l'âge de 5 ans. 

Mais pour imaginer la vie dans les Houillères, il n'y a rien de mieux que de parler avec ceux qui ont connu la mine. C'est pourquoi vous aurez la possiblité de rencontrer et d'échanger avec un ancien mineur. Vous saurez ainsi, comment on devenait mineur, comment se passait le premier jour à la mine, quels en étaient les dangers ou encore comment s'organiser la vie familiale. 

 

Crédit photo Centre Historique Minier Lewarde

Au delà du musée, le Centre Historique Minier est une véritable source d'informations sur les houillères et la vie dans la mine. On y trouve plus de 7000 ouvrages, 500 films et une base de près de 500.000 diapositives et négatifs! 

Ces documents ont servi à l'association Bassin Minier Uni lorsque cette dernière a constitué son dossier de candidature au Patrimoine de l'Unesco. 

C'est aussi au Centre Historique Minier que Claude Berri est venu préparé son film Germinal. 

Si vous souhaitez approfondir la découverte, le Centre Historique Minier organise régulièrement des expositions temporaires.

 

Actuellement et jusqu'au 31 décembre 2017, vous pouvez voir "Coup de Foudre, la Merveilleuse Histoire de l'Electricité", qui retrace cette histoire d'amour de notre société pour cette énergie qui a changé notre façon de vivre : l'électricité. 

Et à compter du 18 septembre 2017 et jusqu'au 1er avril, l'exposition "Voyage en 1900, des mondes souterrains à lumière" permettra aux visteurs de plonger en l'année 1900, l'année de l'Exposition Universelle à Paris. A l'époque, une reconstitution grandeur nature de galerie de mine était présentée au Trocadéro. Grâce à des documents et objets d'époque, des projections numériques et des ambiances sonores, le Centre Historique Minier nous propose de comprendre le rôle particulier qu'ont eu les expositions universelles sur notre société. 

 

Et oui le patrimoine industriel a une importance considérable, et raconte à lui seul des heures entières de notre histoire et de l'évolution de notre société. Du destin de ces hommes et ses femmes qui ont vécu et travaillé dans les mines, de ces petites histoires quotidiennes, c'est un pan de nos propres existences qui se livre à nous! 

C'est pourquoi il est bon de souligner le travail fait par le Centre Historique Minier pour préserver ce patrimoine et pour cela rien de mieux que de le visiter! 

 

Centre Historique Minier, Fosse Delloye rue D'Erchin 59287 Lewarde. 

Jusqu'au 14 novembre : Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h30. 

Du 15 novembre au 28 février : du lundi au samedi de 13h00 à 17h00 et les dimanches, jours fériés et vacances scolaires 10h00 à 17h00. 

Fermeture annuelle du musée : du 1er au 31 janvier. 

Pour plus d'informations : http://www.chm-lewarde.com/fr/

et sur Facebook : https://www.facebook.com/CentreHistoriqueMinier/

 

Le Centre Historique Minier de Lewarde: A la découverte de l'industrie minière
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents