Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Enid Blyton : la prêtresse de la littérature pour enfants...

Publié par Christophe Gheeraert sur 24 Juillet 2014, 18:08pm

Catégories : #Littérature

 

L'Angleterre a toujours été une patrie de la littérature. On y compte de nombreux auteurs qui ont connu un succès international. 

 

Parmi les exemples les plus récents, il y a bien évidemment J.K. Rowling qui s'est fait un nom grâce à ce héros a lunettes, Harry Potter qui a donné le goût de la lecture à de nombreux adolescents, tout en séduisant également des lecteurs adultes. 

 

Mais plusieurs décennies auparavant, une autre femme que rien ne destinait à devenir célèbre, si ce n'est sa passion pour l'écriture, a connu son heure de gloire. Elle s'appelait Enid Blyton. En cette période où la lecture a toute sa place, quoi de mieux que de revenir sur un destin extraordinaire et plus particulièrement sur des petits héros qui ont résolu un grand nombre d'énigmes, le fameux Club des Cinq. 

 

Enid Blyton à 1 an

 

Enid Mary Blyton est née le 11 aout 1897 dans le quartier d'East Dulwich à Londres. Enfant, elle fréquente la St Christopher's School à Beckenham, où elle est régulièrement première de sa classe. Parmi les matières dans lesquelles elle excelle, il y a le sport et la littérature. Si elle est particulièrement douée pour la musique, elle apprendra le piano, elle suit des études afin de devenir enseignante. 

 

 

Pendant cinq ans, elle sera institutrice à Bickley, puis à Surbiton. Et dès qu'elle a un peu de temps de libre, elle se consacre à l'écriture. Son premier livre "Child Whispers" (Murmures d'enfant), un recueil de poèmes, sera édité en 1922. 

 

Enid Blyton & Pollock

 

En 1924, elle épouse un héros de la Première Guerre Mondiale, Hugh Alexander Pollock, qui, dans le civil, est responsable de collection dans la maison d'édition fondée par George Newnes. Après avoir démanégé dans le Buckinhamshire, ils acquièrent "Green Hedges", une propriété qui se trouve à Beaconsfields. Ensemble, ils auront deux filles, Gillian Mary (1931-2007) et Imogen Mary qui est née en 1935. 

 

Enid Blyton et sa fille Imogen Mary

 

En 1938, Hugh Alexander Pollock, atteint d'une pneunomie, doit être hospitalisé plusieurs mois. Enid Blyton falt alors la connaissance d'un chirurgien, Kenneth Fraser Darell Waters; dont elle tombe amoureuse. Elle divorce de Pollock en 1942 et elle se remarie en 1943. Elle fait alors prendre le nom de Darell Waters à ses filles. 

 

Enid Blyton & Darell Waters

 

C'est à partir de cette époque et pendant près de 25 ans, qu'elle écrira la plupart des romans qui l'ont rendu célèbre. 

 

 

En 1967, Kenneth Fraser Darell Waters meurt. La santé d'Enid Blyton commence à décliner. Atteinte de la maladie d'Alzheimer, elle est internée à la clinique de Greenways à Hampstead, dans la banlieue nord de Londres, où elle décède le 28 novembre 1968. 

 

En 40 ans, elle aura écrit plus de 800 romans. 

 

Ses ouvrages sont connus dans le monde entier, ils se sont vendus à plus de 400 millions d'exemplaires. En 2011, Enid Blyton restait le quatrième auteur le plus traduit avec près de 3800 traductions dans plus de 40 langues. Elle se classe juste après un certain William Shakespeare... 

 

Si elle est la "mère" de Oui-OUi (Noddy dans sa version originale), ce petit lutin au bonnet à grelot, dont elle écrira 24 aventures, c'est avec le Club des Cinq (The famous Five), une bande de 4 pré-adolescents âgés de 10 à 13 ans et de leur chien, qu'elle connaîtra son plus grand succès. 

 

 

C'est à partir de 1942 et jusqu'en 1963, qu'Enid Blyton déclinera les aventures de ses jeunes héros en 21 romans. 

 

 

Le Club des Cinq, c'est Georgina "George" Kirrin, alias Claudine "Claude" Dorsel dans la version française, une jeune fille de 11 ans, garçon manqué, qui ne supporte pas son prénom et qui préfère un diminutif beaucoup plus masculin. C'est un peu elle le leader du groupe. Téméraire et sportive, rien ne l'effraie. Elle est toujours accompagnée de son chien Timmy (Dagobert dans la version française) qu'elle emmène même dans son école. Généreuse et franche, elle a un fichu caractère et ne renonce jamais à ses idées. Si George, Claude, ne veut pas se comporter comme ce que l'on attend d'une fille, c'est parce qu'elle réclame l'égalité avec les garçons. 

 

 

Le deuxième des Famous Five, s'appelle Julian Kirrin, ou François Gauthier selon la version. Du haut de ses 13 ans, c'est l'aîné du groupe. Il est le cousin de George, Claude. Si cette dernière n'en fait toujours qu'à sa tête, Julian est lui plus raisonnable et veille sur le reste de la bande. Grand et fort, il a un côté protecteur, parfois trop, se révèle d'un caractère pessismiste et manque souvent de patience. 

 

 

 

Vient ensuite Richard "Dick" Kirrin, Michel Mick Gauthier. Il fait souvent équipe avec George, qui a le même âge que lui. D'un caractère taquin, il ne manque pas de se moquer des autres membres du groupe. Mais petit et malin, il est plutôt courageux et ne manque pas de prendre des risques quand il le faut! 

 

 

A dix ans, Ann Kirrin, Annie Gauthier, est la plus petite du groupe, celle que Dick et George considère comme le bébé. Elle est plutôt froussarde et timide. Elle est cependant très maligne et peut devenir redoutable lorsqu'elle s'énerve. Elle intervient d'ailleurs souvent au moment où l'on ne s'y attend pas afin de venir en aide à ses comparses. 

 

 

Le dernier de ces Famous Five, et non le moindre c'est donc Timmy ou Dagobert, le chien de George pour qui il serait prêt à mourir. Il sait monter la garde, suivre une piste, effrayer les méchants, mais sait se montrer aussi calme, doux et joueur. Bref le chien idéal. S'il ne devait n'avoir qu'un défaut, il ignore le danger des armes. Complémentaire de ses petits maîtres, il est un des membres inconstestables du Club des Cinq... 

 

Tout ce petit monde se retrouve pour les vacances scolaires, et ce sont de véritables aventures qui les attendent à chaque fois qu'ils sont ensemble. 

 

Ce sont les parents de George, Quentin Kirrin (l'oncle Henri) un célèbre savant, qui travaille tout le temps et déteste entendre les enfants jouaient lorsqu'il est dans son bureau et Fanny Kirrin (Tante Cécile), une femme douce et qui aime ses neveux, qui les hébergent dans leur villa. 

 

 

Le terrain de jeu préféré du Club des Cinq, c'est Kirrin Island et Kirrin Castle (l'île et le château de Kernach en Français), qui appartiennent à Claude où ils vont souvent camper. Pour ce lieu, il est fort probable qu'Enid Blyton, se soit inspirée de Corfe Castle, une vieille forteresse normande qui se trouve dans le Dorset. 

 

Corfe Castle

 

Lorqu'on interrogeait Enid Blyton sur la série du Club des Cinq, elle disait souvent que le personnage de George s'inspirait d'une petite fille qui avait rééllement existé. A la fin de sa vie, elle a reconnu que cette fillette c'était elle. 

 

 

Il faut dire que la présence et le caractère de George en font un personnage singulier dans les romans d'Enid Blyton, mais plus généralement dans la litttérature pour enfant de l'époque, où tout est très normé! 

 

George sort du cadre des stéréotypes garçons-filles très marqués (et qui continue à faire grand bruit aujourd'hui). Cette forte personnalité et ce besoin d'égalité par rapport aux deux personnages masculins du groupe sont très présents dans les deux premiers romans. Ils s'atténuent au fil des aventures. Faut-il y voir une pression de l'éditeur? Difficile à dire. 

 

Quoi qu'il en soit, cela donne aux aventures du Club des Cinq un côté moderne. Et les caractères complémentaires des personnages offrent une palette assez large pour que les petits lecteurs s'y retrouvent. 

 

 

Si en Grande Bretagne, les romans ont été publiés chez Hodder & Stoughton, en France c'est dans la collection Bibliothèque Rose chez Hachette que l'on retrouve les aventures du Club des Cinq. 

 

 

La télévision s'est intéressée à cette série de romans. Une première adaptation est diffusée sur le réseau ITV entre le 3 juillet 1978 et le 8 août 1979. Ce sont au total 26 épisodes de 25 minutes qui seront diffusés ensuite en France à partir 21 décembre 1978. 

 

Les Club des Cinq version 1978

 

Si les scénarii restent fidèles aux romans et aux caractérisques des différents personnages, l'action quant à elle est transférée à l'époque du tournage. 

 

Le Club des Cinq version 1996

 

Une seconde adaptation, qui est une co-production britannico-germano-canadienne, est tournée dans le même format (26 épisodes de 25 minutes), dans les années 90. Elle sera diffusée à partir du 1er juillet 1996 sur ITV, avant d'arriver en France sur la chaîne Disney Channel. Pour cette version, les scénaristes décident de restituer l'action à l'époque de l'écriture des romans. 

 

Mais les aventures du Club des Cinq ne se sont pas terminées à la mort d'Enid Blyton. 

 

A partir de 1971, Claude Voilier, a repris le flambeau pour écrire 24 nouveaux romans du Club des Cinq, et cela jusqu'en 1985. Si cette nouvelle série a connu un certain succès dans les pays francophones d'Europe, elle n'a pas été aussi populaire pour les anglophones qui considèrent ces aventures comme inférieures à celles écrites par Enid Blyton. 

 

Claude Voilier

 

Dans les années 80, c'est une bande déssinée qui fait son apparition, avant que les Cinq reviennent dans une série de dessins-animés. Mais les héros de cette nouvelle adaptation sont en fait les enfants des personnages d'origine. 

 

 

Ce fameux Club a donc connu plusieurs vies, et ce n'est sans doute pas fini. Les déclinaisons sont encore nombreuses et le cinéma y voit également un excellent sujet pour des films d'aventure pouvant séduire un public familial! 

 

En attendant, vous pouvez toujours partager avec les nouvelles générations ces romans que vous avez découverts enfants et qui donnent cette envie incontournable de se plonger dans un livre et de ne plus le quitter... 

 

 

Pour retrouver le Club des Cinq : http://www.bibliothequerose.com/le-club-des-cinq

Enid Blyton : la prêtresse de la littérature pour enfants...

Bande-annonce de la version cinéma du Club des Cinq.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents