Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Gerberoy fête 1435!

Publié par Christophe Gheeraert sur 9 Mai 2014, 08:38am

Catégories : #idées de sortie

 

Gerberoy, petite ville de l'OIse Normande, fait partie depuis 1982 des cent plus beaux villages de France. Et ce titre est loin d'être usurpé. Lorsqu'on se retrouve dans les rues, c'est comme si le temps s'était arrêté... 

 

Gerberoy se situe sur une butte de 180 métres d'altitude et domine ainsi la vallée normande qui s'étend à ses pieds et les terres céréalières de l'Oise. Cette place stratégique entre le Royaume de France et la Normandie a marqué l'histoire, depuis plus d'un millénaire. 

 

 

Et son histoire est riche... Ce week-end, c'est l'une des heures de son passé que Gerberoy s'apprête à commémorer lors d'une fête médiévale : la Bataille de Gerberoy. Ca ne vous parle pas? Ok, je vous propose un petit flashback. 

 

Nous sommes au printemps 1435, en plein coeur de la Guerre de Cent Ans. L'armée anglaise est présente dans la quasi totalité du nord de la France, mais également en Aquitaine. Elle tient Paris, Saint-Denis et toute la Normandie. Cependant les Anglais sont soumis à des difficultés depuis quelques années et cela, malgré la capture et l'exécution de Jeanne d'Arc en 1431. S'ils détiennent une souveraineté théorique depuis le traité de Troyes, ils contrôlent de plus en plus difficilement les territoires qu'ils occupent. 

 

 

Durant l'année 1434, le Roi de France, Charles VII a repris plusieurs villes au nord de Paris, parmi lesquelles Soissons, Compiègne, Senlis et Beauvais. C'est dans cette situation que Gerberoy va entrer dans l'histoire. Sa position en fait un poste avancé, tout à la fois capable de menacer la Normandie, sous contrôle anglais, et de protéger le Beauvaisis récemment reconquis par les Français. Deux ans plus tôt, ces derniers avait repris une première fois Gerberoy. Mais n'étant pas assez nombreuses, les troupes françaises préfèrent abandonner la place, en prenant soin de détruire les fortifications, de manière à ce qu'elles ne puissent servir aux Anglais. 

 

Mais en 1435, le rapport de force s'est inversé et Charles VII décide de réoccuper Gerberoy et de remettre la ville en état de défense.  c'est entre 600 et 1800 hommes placés sous le commandement de Jean Poton et Etienne de Vignoles, dit La Hire, anciens lieutenants de Jeanne d'Arc, qui vont restaurer les anciennes fortifications. 

 

Au même instant, à Gournay sur Epte (Aujourd'hui Gournay-en-Bray) situé à une douzaine kilomètres de Gerberoy, un corps de bataille anglais, équipé de matériel de siège, dirigé par John Fitz Alan, Comte d'Arundel, est constitué en vue d'une expédition sur la Rue, dans le Marquenterre, récemment reprise par les Français. La nouvelle des travaux entrepris par les Français parvient jusqu'aux Anglais, et Gerberoy, qui représente une menace pour la Normandie, devient une priorité. 

 

 

Dans la nuit du 8 au 9 mai 1435, Arundel et ses troupes sortent de Gournay et marchent sur Gerberoy. Forts de leur nombre supérieur, les Anglais sont persuadés que les Français n'auront pas d'autre choix que de s'enfermer dans Gerberoy ou de battre en retraite. Arundel arrive devant Gerberoy le 9 mai en début de matinée avec un détachement d'avant-garde posté en observation dans un creux de terrain aux abords de la ville, en attendant l'arrivée du gros des troupes. 

 

Grâce à la position élevée de la ville, les Français constatent qu'ils sont face à une faible avant-garde et qu'une importante colonne anglaise arrive par la route de Gournay. Conscients qu'ils ne sont pas en mesure de soutenir un siège. Ils décident de prendre l'initiative et d'attaquer en rase campagne, ce qui prend les Anglais au dépourvu. 

 

Etienne de Vignoles, dit La Hire

 

Une colonne de cavalerie menée par La Hire, sort de la ville, en contournant la position . occupée par Arundel. Les Français vont prendre la colonne anglaise par surprise. Les Anglais n'ont pas envisagé une attaque française, ils sont donc en ordre de marche et non en ordre de bataille. Malgré leur supériorité numérique, ils vont être mise en déroute au lieu dit Les Epinettes, près de Laudencourt. 

 

Quand les cavaliers de La Hire rentrent à Gerberoy, la position des Anglais est intenable. Isolés et très largement inférieurs en nombre, ils finissent par Succomber. Arundel, grièvement blessé lors des combats, est fait prisonnier et meurt peu de temps après des suites de sa blessure. Si les français n'ont perdu qu'une vingtaine de combattants, les pertes anglaises sont estimées à plusieurs centaines d'hommes. 

 

La bataille du 9 mai 1435 ne figure pas parmi les évènements les plus décisifs qui ont marqué la Guerre de Cent Ans. Cependant elle fait partie des succès français depuis la victoire de Jeanne d'Arc à Orléans jusqu'à la prise de Paris en 1436. 

 

Gerberoy a depuis connu bien d'autres évènements, mais cette bataille reste un point fort de son histoire. Il n'y a donc rien d'étonnant que la ville le fête chaque année, lors d'un week-end, et cela depuis 2008, en organisant une fête médiévale. 

 

 

Cette fête est avant tout une reconstitution de la Bataille de Gerberoy, il n'y a donc pas de marché artisanal, mais des campements, des soldats du moyen-âge qui déploinet leurs armements de l'époque.. Une façon interractive de vivre l'histoire, mais également de découvrir un magnifique village qui a su préserver son patrimoine architectural et qui est très agréable à visiter. 

 

 

Fête médiévale 1435 à Gerberoy, les 10 et 11 mai 2014. 

 

Pour en apprendre plus sur Gerberoy :  http://www.gerberoy.net/ 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents