Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Copenhague : Une capitale à taille humaine...

Publié par Christophe Gheeraert sur 14 Avril 2014, 13:13pm

Catégories : #Villes de culture

 

Les villes du nord de l'Europe ont un charme tout particulier auquel il est quasi impossible de résister. Copenhague ne déroge à cette règle. La capitale du Danemark a tous les avantages pour agir telle une séductrice en vers ses visiteurs... 

 

 

Copenhague fait partie de ces endroits où l'on se sent d'emblée comme à la maison. Son architecture mêlant tradition et modernité en fonction des différents quartiers y est pour beaucoup. Tout comme l'accueil particulièrement chaleureux des Danois qui leur vaut souvent le qualificatif de "Méditerranéens du Nord !". 

 

 

Avec ses 560.000 habitants (1.950.000 sur toute la métropole) Copenhague est une ville à taille humaine où il est très facile de se déplacer à pieds ou à vélo. D'ailleurs, bien avant les vélib' parisiens, je me souviens qu'en 1997, année de mon premier voyage au Danemark, il y avait déjà dans toute la ville des vélos à disposition des passants, qui fonctionnaient sur le même principe que les caddies de grandes surfaces. 

 

 

Aujourd'hui encore et, plus que jamais, l'accès à ces deux roues est gratuit dans de nombreux endroits de la capitale de mai à octobre. Il faut savoir que Copenhague compte 400 kilomètres de pistes cyclables. l'objectif est qu'en 2015 50% des Copenhaguois utilisent le vélo pour leurs déplacements quotidiens. 

 

Pour l'anecdote, il faut signaler que depuis 2010, aux heures de pointes, les feux des grands axes sont réglés sur la vitesse moyenne des cyclistes, soit 20 km/h. 

 

Pour les moins courageux, les transports en commun proposent un réseau très complet, entre trains, réseau express (du genre RER), métro et bus, il facilitera vos déplacements. Mais il ne faut pas que cela vous empêche de vous perdre dans la multitude de rues pietonnes qui partent de la place de l'Hôtel de ville, ou de vous rendre vers le port pour admirer l'un des monuments incontournables de la ville : La Petite Sirêne... Enfin si vous parvenez à la voir derrière la horde de photographes japonnais qui s'y pressent pour la mitrailler sous toutes les coutures. 

 

 

Copenhague est l'écrin de nombreuses surprises que vous découvrirez au fil de vos balades. Toutefois, il me semblait important d'évoquer quelques lieux emblématiques de la ville... 

 

Au coeur de la ville, l'un des plus vieux parcs d'attraction d'Europe...

 

 

 

 

Entre l'Hôtel de ville et la gare centrale, se trouve un des joyaux de la capitale danoise... Un véritable luna park qui fait la joie des familles depuis le milieu du XIXème siècle. Ouvert depuis 1843, Les Jardins de Tivoli est l'un des plus anciens parcs d'attraction d'Europe. 

 

Le fondateur de ce royaume du rêve s'appelle Georg Carstensen. Avec une idée simple : "Lorsque le peuple s'amuse, il ne pense pas à la poilitique", il a convaincu le Roi Christian VIII du Danemark de lui louer pour 945 couronnes par an, les 61000 m² d'un glacis à l'extérieur de Vesterport. 

 

Si les alentours ont beaucoup évolué, le parc a su conserver ses charmes d'antan. A tel point que dès l'entrée on a la sensation de faire un bond dans le temps. 

 

 

Le parc fut fondé comme une société anonyme qui regroupait de nombreux artisants qui ont participé à sa construction. Il a été inauguré le 15 aout 1843, offrant aux visiteurs de nombreux pavillons exotiques, pagode, théâtre et salle de concerts. Un véritable enchantement et un dépaysement pour les Danois qui n'ont jamais cessé de le fréquenter. 

 

 

En 1944, les Nazis, voulant réduire la culture danoise, ont incendié un grand nombre de bâtiments du Tivoli, dont la salle de concert. Les Danois ont alors conçu des constructions temporaires qui leur ont permis de reprendre l'activité du parc quelques semaines plus tard. 

 

Aujourd'hui, Les Jardins du Tivoli comptent deux saisons. Une saison d'été (de mi-avril à fin septembre) durant laquelle sont organisés concerts, spectacles en plein air, et feux d'artifice. La saison d'hiver (de mi-novembre au 23 décembre) propose une ambiance plus feutrée et laisse la place aux traditions danoises. 

 

 

On y trouve des attractions à sensation, d'autres plus calmes, et plusieurs restaurants et kiosques aux spécialités diverses, où chacun trouvera son compte. 

 

Au fil de la visite, on pourra se familiariser avec la mythologie nordique, les contes d'Andersen, assister à un spectacle de cirque, aux parades, et pourquoi pas finir sur un spectacle de pantomimes, dans la pure tradition de la Commedia dell'Arte italienne. 

 

 

Aujourd'hui, ce n'est pas moins de 4 millions de visiteurs qui sont accueillis au Tivoli chaque année... 

 

http://www.tivoli.dk

 

Nyhavn, l'âme de Copenhague... 

 

 

Nyhavn, impossible d'en faire l'impasse quand on visite Copenhague. Avec ses façades colorés, le quartier est l'âme de la ville. D'ailleurs, il n'est pas rare qu'aux beaux jours, les Copenhaguois s'y retrouvent pour discuter, assis sur les bords du canal, en sirotant une bière locale ou un verre de vin blanc. 

 

 

Nyhavn signifie "Nouveau port". Il s'agit d'un quartier construit sous le régne de Christian V, qui a été creusé par les prisonniers suédois de la guerre dano-suédoise de 1658 à 1660. 

 

Le canal était une passerelle entre la vieille ville intérieure et la mer. C'est là qu'on accueillait les bâteaux et débarquaient le fruit de la pêche. Nyhavn n'avait pas une très bonne réputation. Lieu de perdition, les marins venaient y boire leur maigre salaire et y trouvaient une femme pour quelques instants... 

 

Au fil des siècles, les navires sont devenus de plus en plus grands et l'activité de Nyhavn a pris fin, pour être déplacée vers le nouveau port plus adapté. En 1960 la société Nyhavn a été créée afin de donner un second souffle au quartier. En 1977, Nyhavn est devenu un port-musée où l'on peut visiter les bateaux amarrés. 

 

 

On peut y admirer aussi les maisons de bois, briques et plâtre qui se trouvent sur le côté impair. La plus ancienne, située au numéro 9, date de 1664. Sur le côté pair on trouve de somptueuses demeures bourgeoises aux larges façades. 

 

 

Aujourd'hui, les tavernes malfamées et les maisons de passes, ont cédé la place aux cafés et aux restaurants qui attirent de nombreux touristes. On y trouve également des lieux d'expositions. 

 

 

A l'extrémité de Nyhavn, on peut y voir une immense ancre marine. Il s'agit du Mémorial de l'Ancre, qui rend hommage aux plus de 1700 officiers et marins, de la marine marchande et des forces alliées, qui ont sacrifié leur vie durant la seconde guerre mondiale. L'ancre est celle d'une frégate, Fyn, datant de 1872, qui lors du conflit était amarrée sur la base navale de Holmen. 

 

Christinia, une ville libre dans la ville... 

 

 

 

Copenhague est une ville qui a su imposer très tôt, de nouveaux concepts de vie sortant vraiment de l'ordinaire. Le quartier de Christiania, aussi appelé Fristaden Christiania (La ville libre de Christiania, est sans doute l'une des rares expérience libertaires toujours en activité en Europe du nord. 

 

Il s'agit d'une communauté intentionnelle autogérée, fondée en 1971 sur le terrain de la caserne de Badmandsstraed par un groupe de squaters, de chômeurs et de hippies. 

 

 

Le projet fut initié par le journaliste Jacob Lugvisen qui,  dans un de ses articles dans le journal underground Hovedbladet, parla de l'ouverture de la ville libre, lorsque des habitants ont détruit les clôtures de la base militaire pour s'y installer. Avec d'autres participants, Lugvisen rédigea une charte : 

 

"L'objectif de Christiania est de créer une société autogérée dans laquelle chaque individu se sent responsable du bien-être de la communauté entière. Notre société doit être économiquement autonome et nous ne devons jamais dévier de notre conviction que la misère physique et psychologique peuvent être évitées". 

 

 

De nombreux projets officiels de suppression ou de transformation de Christiania ont émaillé l'histoire de la ville libre, restés pour la plupart sans effet, jusqu'au milieu des années 90. 

 

Après avoir été tolérée comme une expérimentation sociale, suite à un mouvement de normalisation et d'uniformisation du pays, le Premier Ministre Ander Fogh Rasmussen, a décidé de s'en prendre à Christiania, qu'il a accusé de favoriser le trafic de drogue. Le 1er janvier 2006, la ville a perdu son statut de communauté alternative. le 19 mai 2007 une première maison est détruite, ce qui entraina une vive prostestation au sein de la population. 

 

En 2011, la communauté de Christiania et le gouvernement danois ont conclu un accord qui permet aux habitants de ce quartier alternatif d'en racheter à l'Etat la plus grande partie. 

 

 

Si la pensée anarchiste d'origine a quelque peu évolué et si Christiania n'a jamais réussi à être économiquement indépendant, plus d'une cinquantaine de collectifs divers exercent des activités industrielles, artisanales, commerciales, culturelles, sanitaires, théâtrales... Christiania possède son propre jardin d'enfants, sa boulangerie, son sauna, son réseau de recyclage de déchets, sa fabrique de vélos, une imprimerie, sa radio libre, des ateliers de restauration, son cinéma et une multitude de bars, de restaurants et autres lieux culturels... La ville libre reste un quartier incroyable, coloré, cosmopolite et unique, véritable lieu d'échanges et de culture à côté duquel il serait dommage de passer. 

 

A la recherche des festivités à Copenhague... 

 

 

La vie culturelle et festive est riche à Copenhague et dans sa région. Difficile de dresser une liste exhaustive de tout ce qui s'y passe. Mais voici quelques événements qui se déroulent chaque année et quelques informations sur les endroits où passer d'agréables moments. 

 

 

 

Le jazz tient une grande place dans la vie de la cité, il n'y a donc rien d'étonnant que durant 10 jours en juillet, se tienne l'un des plus grands festivals d'Europe du nord consacré à cette musique. Chaque année des musiciens et des chanteurs de renommée internationale investissent les rues de Copenhague pour de nombreux concerts, très souvent gratuits. Un moment qui permet de se mêler aux Copenhaguois. 

 

http://www.jazz.dk

 

Le mois d'aout est consacré au Kulturhavn, un festival qui se tient sur le port, le long des canaux. De nombreux évènements culturels et sportifs se déroulent pour animer la ville et la plage d'Islands Brygge. La grande majorité des activités sont accessibles gratuitement. 

 

http://www.kulturhavn.dk

 

Pour les amateurs de musique, on peut parler du très célèbre festival de Roskilde, qui se tient au milieu des champs à quelques kilomètres de Copenhague. Chaque année, il attire plus de 70.000 spectateurs et de nombreux artistes de la scène internationale. 

 

http://www.roskilde-festival.dk

 

 

 

Ceux qui préfèrent les traditions seront ravis de participer à la Skt Hans Aften, la veillée de la St Jean, durant laquelle les danois célèbrent  la nuit la plus longue en allumant des feux de joie dans les parcs, les jardins et sur la plage. Ils chantent et font la fête autour de bûchers sur lesquels ils brûlent des effigies de sorcières. 

 

 

La vie Nocturne est très variée à Copenhague. Elle se concentre principalement autour de deux quartiers. Ainsi le Meatpacking, près de la gare centrale, est l'endroit où vous trouverez des restaurants et des bars qui restent ouverts jusqu'à tard dans la nuit. 

 

 

Au Sankt Hans Torv, dans le quartier de Norrebro, ce sont les bars à cocktails et les clubs fréquentés par les étudiants et les branchés que Copenhague qui sont pris d'assaut chaque soir. 

 

 

Attention, comme c'est le cas dans toute l'Europe du nord, on dîne tôt. De plus, la plupart des restaurants sont assez chers. Il existe cependant quelques endroits où manger sans se ruiner. 

 

Les meilleurs hamburgers, vous les mangerez au Halifax, sur Frederiksborggade, où vous pourrez également déguster une bonne bière maison, brassée sur place. 

 

La Pizzeria Kochini, vers Svaertegade, propose des pizzas à la coupe très bon marché. 

 

Pour une cuisine plus danoise, il faut aller au Aamann's Organics; vers Oster Farimagsgade. Ce restaurant propose un menu saisonier, et le pain de seigle, ingrédient indispensable, est cuit sur place. 

 

Pour les petites faims, vous pouvez aussi manger un hot dog acheté à l'un des nombreux kiosques ambulants qui sillonnent la ville. 

 

 

Pour les amoureux de la musique éléctronique, Culture Box est la boite qu'il vous faut. L'ambiance cosy et la programmation en font un lieu très apprécié. 

 

Si, comme moi,  les endroits où boire un verre en écoutant de la musique ont votre préférence, Copenhague regorge de bars-concerts et de petits clubs très sympas. Le Mojo ApS, par exemple, est un bar qui propose des concerts de blues. Il est ouvert tous les soirs de 20 heures à 5 heures du matin. Le Jazz Copenhague House ravira les amateurs de jazz. 

 

Si vous n'êtes pas fixés et que vous laissez le hasard organiser votre soirée. le Stroget, une longue rue piétonne, un des principaux axes de Copenhague compte de nombreux clubs et des bars de nuit. Par ailleurs, les Copenhaguois ont le sens de l'accueil et sont très facilement abordables. Rien de plus simple que d'échanger quelques mots de façon à partager leurs bons plans. 

 

Copenhague est une ville si proche de nous et pourtant si dépaysante. Alors pourquoi ne pas se laisser tenter par l'ambiance scandinave. 

 

Pour plus d'information, vous pouvez aller faire un petit tour sur la page française de l'office du tourisme danois : http://www.visitdenmark.fr

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents