Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi j'y crois!

Moi j'y crois!

Promotion des arts et de la culture.


Bruxelles La Belle....

Publié par Christophe Gheeraert sur 21 Avril 2014, 09:41am

Catégories : #Villes de culture

 

 

Dans sa chanson "Bruxelles", Dick Annegarn déclare, "Bruxelles, Ma Belle, Je te rejoins bientôt, dès que Paris me trahit...". Aujourd'hui, je vous propose donc de vous évader un peu et de rejoindre la capitale Européenne... Bruxelles! 

 

Rien de plus simple, Thalys met la ville belge  a tout juste 1h22 de Paris. Dépayssement assuré et plein de choses à faire, à voir et à manger... 

 

L'hospitalité belge n'étant pas feinte, il est évident que vous y passerez de  très bons moments. 

 

 

Bruxelles c'est 168.230 habitants, un maillage de 18 communes étroitement imbriquées qui composent l'une des régions belge, la région Bruxelles-Capitale, un territoire de 161 km², dans lequel vivent Wallons et Flamands. 

 

Bruxelles, ville de l'art nouveau...

 

 

 

Un des éléments qui rend Bruxelles unique, c'est son architecture. 

 

L'Art nouveau est un mouvement artistique né à la fin du XIXème, début du XXème siècle, en réaction contre l'art académique européen. Il s'appuie sur l'esthétique des lignes courbes qui s'inspirent des formes et des structures naturelles. 

 

 

De nombreux bâtiments de Bruxelles témoignent encore aujourd'hui de cet Art Nouveau. 

 

Le maitre incontesté de ce mouvement est un architecte originaire de Gand, Victor Horta. 

 

 

Il est considéré comme l'un des chefs de file de l'Art Nouveau avec son compatriote Henry Van De Velde. 

 

Né en 1861 dans la ville flamande de Gand, Victor Horta, développe très tôt un esprit rebelle . Il n'hésite pas à remettre en cause les partis pris, rêve d'innovations et navigue à contre courant des modes. 

 

Son père, cordonnier, l'envoie en apprentissage chez un architecte et décorateur d'intérieur, qui vit à Montmartre, Jules Dubuysson. 

 

 

A cette époque il constate la corrélation entre l'évolution de la peinture et l'architecture. 

 

Son envie est d'apporter à l'architecture, ce que Van Gogh a apporté à la peinture : Une émancipation des règles classiques.  A Paris, il va étudier les bâtiments classiques et leurs matériaux. Il prend conscience que la renommée d'un architecte nait de son travail sur des grands bâtiments publics. 

 

 

A la suite du décès de son père, il rentre en Belgique en 1880. Il s'installe à Bruxelles, s'inscrit à l'Académie des Beaux-Arts, dont il sortira avec une médaille d'or. 

 

En 1885, il entreprend la construction de trois maisons mitoyennes à Gand et  particpe à de nombreux concours publics. Il continue son apprentissage en construisant de petits bâtiments qui abritent des statues, des tombeaux ou d'autres petits monuments. 

 

Il découvre peu à peu les courbes, refuse les lignes verticales droites. Il fait attention à ce qu'on dit de ses courbes, elles amplifient l'impression d'espace, guident le regard, supportent au mieux les constructions. 

 

Il se fait connaitre des nouveaux bourgeois de Bruxelles et fréquente les meneurs des changements sociaux. Lorsqu'il décide d'entamer la construction de demeures résidentielles, les commandes affluent. 

 

En 1892 il réalise l'Hôtel Tassel qui est le premier d'une longue série. Horta devient alors l'un des premiers architectes à faire de l'Art Nouveau, à la même période que Guimard. 

 

 

L'Hôtel Tassel est considéré comme l'acte fondateur de l'Art Nouveau. 

 

Hortat est cité à plusieurs reprises dans les revues spécialisées d'Europe. Habiter du Horta est un signe de statut social, d'ouverture et de richesse. 

 

 

De 1916 à 1918, il s'installe aux Etats-Unis où il va découvrir de nouveaux matériaux de construction. Il se détourne alors de l'Art Nouveau. 

 

En 1927, il prend la direction des Beaux-Arts. Il meurt à Bruxelles en 1947. 

 

Sa maison, résidence privée et atelier, située 25 rue Américaine, conçue en 1898, accueille aujourd'hui le musée Horta. 

 

http://www.hortamuseum.be/

 

L'Art Nouveau finit par passer de mode et de nombreuses constructions de Horta sont détruites. Ainsi les démolitions se succèdent entre la fin de la seconde guerre mondiale et les années 60. Cependant, Bruxelles compte encore aujourd'hui plus de 500 édifices de style Art Nouveau qui ont tous conservé leur fonction première... 

 

 

Il est donc aisé au fil des balades dans la ville de réaliser l'importance de ce mouvement. 

 

Le meilleur moyen de découvrir Bruxelles... Les Greeters! 

 

 

Je ne le dirai jamais assez, pour moi, le meilleur moyen d'appréhender un endroit passe par le regard des gens du cru... Une des premières choses que je fais en arrivant dans une ville étrangère, c'est d'allumer la télé, de regarder les émissions locales et les publicités... Bon d'accord depuis quelques années, il y a une uniformisation des média, ce qui fait que nous regardons tous les mêmes formats, que la plupart des émissions ont le même habillage, que les publicités sont conçues pour tous les pays... Difficile dès lors de se faire une idée de la mentalité du coin par une étude sociologique de la télévision! 

 

Mais il reste un moyen implaccable d'apprécier l'endroit où l'on est... Se mêler à la population! 

 

Et c'est là que l'intervention des greeters prend tout son sens! 

 

Greeters en anglais, ça veut dire "Hôtes", ce mouvement né à New York en 1992 s'est développé depuis dans la plupart des grandes villes à travers le monde. 

 

Bruxelles n'est pas en reste, puisque l'on y trouve des greeters depuis 2010. 

 

 

 

Le réseau des Greeters de Bruxelles est un mouvement associatif de tourisme participatif créé à l'initiative de l'association "Tourisme autrement" qui a développé un large réseau sur toute la Belgique : Greeters de Belgique. Son but est de favoriser la rencontre entre visiteurs et habitants, tous bénévoles, passionnés par leur villes, ayant le sens de l'accueil et qui souhaitent partager leur vision de leur ville, leurs bons plans... 

 

Un greeter vous accueille, le temps d'une rencontre et vous propose de découvrir Bruxelles à travers son propre regard, en fonction de vos centres d'intérêts. Il vous raconte sa propre histoire et partage avec vous ses coups de coeur, les endroits qui lui semblent incontournables. 

 

Un greeter n'est pas un guide professionnel, mais un bénévole qui devient un véritable ambassadeur de sa ville. 

 

On peut se demander ce qui pousse un individu à devenir greeter... Alors voici le témoignage de Jacqueline, Greeter à Bruxelles... 

 

"J'ai eu envie de devenir Greeter pour différentes raisons, qui tiennent au caractère de Bruxelles, à mon intérêt pour le patrimoine urbain ainsi qu'à mon goût du partage et du contact. J'aime Bruxelles pour la variété de ses quartiers. C'est une ville qui ne se livre pas facilement mais qui recèle des trésors, en matière d'architecture mais aussi d'ambiances (je pense notamment à ses marchés, ses parcs, ses estaminets). Elle gagne à être vécue. J'adore visiter moi-même les villes que je ne connais pas au delà des grands classiques, les endroits cachés souvent les plus intéressants, si possible comprendre leur histoire, entrer en contact avec leurs habitants, avec ceux qui les connaissent intimement. Du coup, je me suis dit qu'être greeter était l'occasion de partager avec des personnes de passage un peu de ce Bruxelles dans lequel je vis et qui reste définitivement méconnu des visiteurs."

 

 

Rencontrer un greeter, c'est simple comme quelques clics sur internet... Ca se veut unique et originale, gratuit. Ca se situe en dehors des sentiers battus à l'exclusion des visites organisées de Bruxelles (tours de villes, musées, expositions...). Une rencontre peut avoir lieu du lundi au dimance de 8h00 à 22h00 et dure de 2h00 à 4h00. Elle privilégie la mobilité douce (transport en commun, à pieds ou à vélo) et se déroule en fonction des disponibilités des greeters et suivant la demande du visiteur. Elle se fait pour des groupes n'exédant pas 6 participants. Le programme est élaboré d'un commun accord entre les participants et le greeter et ne donne lieu en aucun cas à des rétributions ou des pourboires au greeter. Car c'est une démarche totalement bénévole. 

 

Si cette façon originale et authentique de découvrir Bruxelles vous branche, il existe un site internet. La seule contrainte, contacter l'association au minimum deux semaines avant votre séjour, afin de favoriser la rencontre en fonction de ce que vous souhaitez découvrir et de vous mettre en contact avec le bon greeter... 

 

http://bruxellesgreeters.be/

 

Bruxelles, ville de la bande dessinée et de la bulle... 

 

 

Bruxelles est la terre natale de héros qui ont marqué nos lectures d'enfance, comme Tintin et Spirou, qui ont enchanté des générations d'amateurs de bandes dessinées. La célèbre "ligne claire"  au bout du crayon qui caractérise l'école belge de la bande dessinée a inspiré de nombreux auteurs de BD et a contribué à grand nombre de vocations... A Bruxelles, le 9ème art a son centre qui organise régulièrement des expositions thématiques. Installé dans une construction "Art Nouveau", le parcours BD permet de découvrir la ville en compagnie des héros qui ont bercé notre enfance... Les nombreuses librairies de la ville contribuent à rendre hommage de cette forme d'expression belge, grâce à tous les albums que vous y trouverez, mais aussi les figurines, lithographies et gravures qui viendront décorer vos intérieurs. 

 

 

Petit histoire et petite promenade pour les amoureux de la bande dessinée belge... Le 22 mai 1907, un petit garçon voit le jour au 25 rue Cranz à Etterbeek, une des communes de Bruxelles. Il porte le nom de Georges Prosper Rémi et deviendra célèbre sous le nom de Hergé, le père de Tintin. Véritable inventeur de la bande déssinée européenne, c'est à lui que l'on doit cette fameuse ligne claire, ses albums sont adaptés dans le monde entier, traduits dans une soixantaine de langues, édités à plus de 200 millions d'exemplaires. Hergé meurt en 1983, mais reste l'un des auteurs les plus lus à travers le monde. Il continue à fasciner de nombreux lecteurs, grâce aux aventures d'un petit journaliste qui plait aux personnes de 7 à 77 ans. 

 

 

Si Tintin voyage aux quatre coins du monde, Bruxelles reste au centre de toutes les aventures qu'il est amené à vivre. Rien de plus simple que de parcourir le Bruxelles que l'on découvre dans les albums "Le Sceptre d'Ottokar" ou "Les 7 boules de cristal". Vous pourrez ainsi découvrir la maison natale de Hergé, la célèbre Galerie du Roi, où il rencontra un autre grand nom de la BD, Edgar P. Jacobs, auteur de Black et Mortimer...  

 

 

http://www.cbbd.be/fr/accueil

 

Bruxelles, un goût de gastronomie...

 

 

Si l'on parle souvent de la gastronomie française, une chose est sûre, c'est que la Belgique n'a rien à lui envier... 

 

 

Les recettes belges sont nombreuses et succulentes... Tout commence par le choix d'ingrédients de qualité... Pour cela, il suffit de se rendre sur l'un des marchés qui animent la ville et de suivre les conseils des marchands et tout cela dans une ambiance plus que chaleureuse! 

 

Ce ne sera une surprise pour personne, j'ai grandi à la frontière belge et une grosse dose de sang belge coule dans mes veines... Un des plaisirs cullinaires liés à l'enfance, qui continue encore aujourd'hui d'aiguiser mes papilles, c'est le filet américain. 

 

 

Cette préparation à base de viande de boeuf hachée agrémentée d'un mélange d'épices savant se sert accompagné de frites fraîches et de mayonnaise maison. C'est l'un des plats que vous trouverez dans les petits restaurants de Bruxelles. 

 

Chacun ira de sa recette et vous pourrez goutez quasi autant de variantes du filet américain qu'il existe de Bruxellois... 

 

 

Un autre met de choix, lorsqu'on passe en Belgique et plus particulièrement à Bruxelles, c'est la frite...  On est bien loin des frites que l'on trouve dans les fast-foods en France... C'est pourtant simple de préparer d'excellentes frites! Je vais donc vous livrer deux secrets qui vous permettront d'obtenir des frites qui épateront vos convives... Le premier secret, oubliez l'huile de friture pour préférer l'utilisation de "gras de boeuf". L'autre secret est lié à la cuisson en elle même. Les frites se cuisent en deux fois... C'est ainsi la garantie d'avoir des frites croustillantes et moelleuses... 

 

 

De passage à Bruxelles, n"hésitez pas à vous rendre à la Maison Antoine, une véritable institution. Créée en 1948, c'est la quatrième génération de la famille qui vous accueillera et vous permettra de déguster frites, carbonades, mitraillettes, hamburgers... Accompagnées de l'une des innombrables sauces que l'on ne trouve qu'en Belgique. 

 

http://www.maisonantoine.be/

 

 

Une autre adresse : Léon de Bruxelles, le vrai, je dirai même l'unique. Rien à voir avec la chaîne de restaurants sans âme que l'on retrouve un peu partout en France. Il s'agit d'une petite brasserie typique où l'on peut déguster des moules frites dans une ambiance belge. 

 

http://fr.chezleon.be/

 

Les restaurants sont foison et l'on en trouve facilement à proximité de la Grand Place. Il est ainsi aisé de trouver un endroit où manger ou boire un verre quelque soit l'heure. 

 

 

Pour les envies sucrées, vous pouvez déguster une gaufre de Bruxelles qui se sert avec de la chantilly ou du sucre glace. Pour cela il vous suffit de vous rendre "Aux Gaufres de Bruxelles", une adresse incontournable de la capitale (rue du Marché aux herbes, 113) 

 

Allez, soyons fous! Voici la recette de la vraie gaufre de Bruxelles, à ne pas confondre avec la gaufre liégeoise... 

 

Pour 30 gaufres de Bruxelles. 

 

500 g de farine

5 oeufs

3/4 litre de lait

250 g de beurre

32,5 g de levure de boulanger

1 pincée de sel

2 sachets de sucre vanillé

 

Réservé une tasse de lait. Mélanger la pincée de sel, le sucre vanillé, les jaunes d'oeufs, la farine et le beurre fondu. Chauffer le lait. Y diluer la levure. Bien mélanger et l'incorporer au reste de la préparation. Monter les blancs d'oeufs en neige, les incorporer délicatement. 

 

Laisser reposer 1 heure pour faire monter la pâte. 

 

Cuire les gaufres en utilisant le moule à gaufre à grands trous. Chauffer et graisser le moule. Verser une petite louche de pâte dans une moitié du gaufrier ouvert. Fermer l'appareil et le retourner pour que la pâte se répartisse également dans les deux parties du moule. 

 

Après quelques minutes, une délicieuse odeur de pâtisserie se dégage. Il est alors temps d'ouvrir le gaufrier et de déguster la gaufre tiède. 

 

C'est là que je dois vous souhaiter un bon appétit! 

 

Bruxelles by Night... 

 

 

Bruxelles est une ville où il se passe toujours quelque chose. les lieux festifs sont nombreux et cela quelque soit le style musical. 

 

 

Pour les amateurs de jazz, on peut conseiller "The music Village", "L'Archiduc" ou le "Jazzstation" véritables clubs où l'on peut écouter de la bonne musique. Pour la musique plus rock, d'autres clubs vous attendent : le "Backstage", le "Roxy" entre autres. De grandes salles comme "L'Ancienne Belgique" ou les "Halles de Schaerbeek" accueillent également de nombreux concerts. 

 

 

Autre lieu à la mode, "Recyclart", où se retrouvent punk et skaters, artistes fous et addicts de sons électro. Une sélection musicale putôt recherchée anime le lieu. On y programme de l'electrotrash, mais également des concerts reggae et d'autres happenings tout cela dans une gare totalement réaménagée. 

 

http://www.recyclart.be/fr/agenda

 

De nombreuses boites vous accueilleront également pour des nuits de folies. Mais au delà des clubs, il y a un endroit qui sort un peu de l'ordinaire, il s'agit du "Wood". 

 

 

Ce lieu a ouvert ses portes au coeur même du site du Bois de la Cambre dans un des plus anciens bâtiments du parc, datant de 1880.  Le Wood a été totalement réhabilité par Serge Vanderheyden et Carl de Moncharline qui ont confié l'aménagement intérieur à plusieurs artistes de talent. 

 

 

Le Wood dispose d'un bar qui s'ouvre sur une terrasse incroyable au coeur du bois. Ouvert du mercredi au samedi, de 23 heures à 6 heures, il propose une programmation des meilleurs DJs. C'est l'une des références des nuits bruxelloises. 

 

http://www.thewood.be/

 

Tout cela pour dire que Bruxelles, petite ville par sa taille, cosmopolite, riche par sa culture, et ouverte sur le monde extérieur offre sans doute bien plus d'attraits que Paris. 

 

Avec le printemps qui semble particulièrement doux, les envies de week-ends se font plus précises. Alors si vous cherchez la destination idéale, Bruxelles est un choix qui offre tous les avantages, ce n'est pas loin, pas cher, et vous êtes sûr d'y trouver des activités quelques soient vos centres d'intérêt. Shopping, musées, promenades et flâneries, clubing, théâtres et concerts... Il y a toujours des tas de choses à y faire! 

 

 

Toutes les informations: 

 http://visitbrussels.be/bitc/front/home/display/clt/BE_fr/section/visiteur.do

 

http://www.bruxelles.be/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents